Une passion entre deux frères pour une même jeune femme et des Sorciers tentant d’échapper au chasseurs...qui serez-vous?
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le forum a fermé ses portes

Partagez| .

T'en as pas marre de tout ruiner ? (starring Sloan Bradbury™)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: T'en as pas marre de tout ruiner ? (starring Sloan Bradbury™) Mar 23 Avr - 14:47

"T'en as pas marre de tout ruiner ?"






&
© Never-Utopia


Angela n'avait jamais su dire qui du chasseur ou de l'ennui était le pire ennemi du vampire, mais si l'on se fiait à son humeur du jour, nous dirions l'ennui. Elle venait de prendre sa douche et faisait les cent pas dans son appartement en sous-vêtements tout en réfléchissant (Il était huit heures du matin!). Cela faisait une semaine à peu près qu'elle avait payé son billet pour Manhattan mais depuis qu'elle avait rencontré les Mikaelson, elle commençait à changer d'avis. Pourquoi partir alors qu'elle avait encore tant de choses fantastiques à accomplir ici ?! Elle n'avait même pas encore été poursuivie en justice pour le merveilleux crime soit-disant passionnel qu'elle avait commis sur ce jeune et talentueux collectionneur d'art avec qui elle était sortie deux jours seulement. Le pauvre monsieur avait eu le malheur d'avoir laissé son regard s'égarer sur une voiture flambant neuf et Angela avait cru ( ou fait semblant de croire) qu'elle l'avait surpris en train de regarder une autre femme. C'est ainsi que sa vie avait pris fin. Il n'avait pas tenu longtemps, mais que voulez-vous ?

Angela avait laissé des preuves derrière elle pourtant, et le meurtre avait été même commis en public ! Elle voulait se faire arrêter par la police ! Elle voulait son procès ! L'occasion de jouer la femme accusée de crime passionnel au tribunal ne lui avait été donnée qu'une seule fois, dans les années 50. L'un des rôles les plus passionants de sa vie mais malheureusement, elle avait réussi à susciter la pitié du tribunal avec un peu trop de ferveur et n'avait du coup même pas été condamnée à mort. Mais ce n'était que parti remise, parole d'Angela ! Mais... c'était quand même bizarre que les autorités n'étaient pas venues frapper à sa porte. Quand bien même, de toute manière, elle avait trouvé un tout autre intérêt à rester à Mystic Falls. La famille originel! D'accord, voir Rebekah ne valait certainement pas mieux qu'un supplice du brodequin mais elle n'allait pas en mourir. Et puis, il y avait ce cher Niklaus et son jeune frère. C'étaient des hommes de grande classe, beau et puissant. La crème de la crème. Oups, on s'éloigne. Reprenons. Angela ouvrit son tiroir de chevet et en sortit son billet pour les analyser avec une légère moue boudeuse : projet ou non, elle détestait jeter son argent par les fenêtres ! Elle devait faire un choix, là, maintenant, tout de suite. Si elle ne partait dans la seconde, elle risquait de rater son avion.

Il ne sera jamais trop tard pour changer d'avis !

Angela plaça son billet dans la poche de sa veste en cuir marron accrochée derrière la porte de sa chambre et alla ouvrir son placard pour savoir ce qu'elle allait mettre aujourd'hui. Mmh... Vintage, pour le côté nostalgique du départ ! Elle prit une robe à fleur plutôt courte aux tons chauds et l'enfila ainsi qu'un collant légèrement plus foncé que sa couleur de peau. Elle décrocha sa veste contenant son billet, la mit sur son dos puis mit ses grandes bottes à talon de la même couleur. Et pour se donner des allures de star : cheveux dans le vent et grosses lunettes noires ! Un coup d'oeil au miroir (Oui Angela tu es parfaite!) et direction l'aéroport... en taxi bien sûr. Oh elle avait une voiture bien sûr, mais dans les films, les gens prennent toujours le taxi, ça a son charme. Elle ferma son appartement à double-tour en prenant un air mélancolique (Même quand personne ne la regarderait, elle jouait son rôle. De toute façon, dans les films, les personnages ne sont pas censés savoir qu'on les regarde). Elle tapota la poignée de son cher appartement et descendit les escaliers jusqu'au deuxième palier où elle s'arrêta pour faire des adieux déchirants à la petite vieille de l'étage, puis quitta l'immeuble. Dès qu'elle mit le pied dehors, elle troqua son visage attristé contre celui de la femme pleine d'assurance et enfila ses lunettes. A nous deux Manhattan ! (Certes, elle n'y était pas encore, mais il fallait bien qu'elle se mette dans le bain à un moment ou à un autre)

Ah n'oublions pas ! Avant de prendre un taxi, il est tout à fait typique de s'arrêter dans un café pour prendre une boisson chaude à siroter sur la route. Angela marcha donc tranquillement sur le trottoir en admirant une dernière fois le joli paysage de Mystic Falls. Très belle ville, il fallait admettre. (Oui, elle était un tout petit peu en train de se mettre en retard en trainassant, mais ça fait plutôt cool de se faire attendre par un avion cinq minutes... ça ne marche que si vous prenez un billet en première classe comme Angela). Arrivée proche du café, elle jeta un coup d'oeil à l'intérieur par la vitrine et s'immobilisa en écarquillant les yeux, la bouche entrouverte sous le coup de l'étonnement. Elle retira ses lunettes (Non pas que sa vue défaille mais c'était le premier geste théâtral qui lui vint à l'esprit), l'air toujours aussi stupéfaite par ce qu'elle était en train de voir. Elle avait reconnu cette silhouette familière qui était tranquillement assise en train de siroter sa tasse dans un coin.

« Misère de misère ! » s'énerva t-elle à voix basse.

Elle fit un pas vers la vitrine, restant ainsi à fixer l'intrus. Qu'est-ce que cet homme, ou plutôt ce vampire, faisait à Mystic Falls ? C'est à ce moment que les pièces du puzzle s'assemblèrent dans son esprit ! Voilà la raison pour laquelle elle n'était pas poursuivie par la justice ! Encore une fois, il avait couvert ses arrières. Encore une fois, il avait mis son nez dans ses affaires. Ça ne pouvait être que lui qui avait nettoyé les preuves et qui s'était assuré qu'elle sorte indemne de son propre crime. C'était lui qui avait TOUT fichu en l'air !

« Sloan Bradbury, que la peste t'emporte ! » pensa t-elle férocement.

Les secondes défilaient et Manhattan semblait s'éloigner, s'éloigner, s'éloigner … pour disparaître totalement de son esprit. Et au vu du temps qu'elle s'était accordée pour pester contre Sloan, elle venait de ruiner ses dernières chances d'avoir son avion. Il était donc temps pour elle de retourner à son projet initial qui était... une petite minute, c'était quoi déjà ? ... Ah oui ! Séduire un Mikaelson. Et monsieur casseur d'ambiance allait même l'aider à le réaliser. Son joli visage où se mêlaient colère et ahurissement se transforma et s'éclaira d'un sourire espiègle. Elle entra dans le café et profita du fait que Sloan était assis dos à elle pour réfléchir sur la meilleur façon de se présenter à lui. Bondir sur la chaise d'en face en criant « Surprise ! » ? ... Trop enfantin. Il lui fallait tenter une autre approche. Elle sortit alors son portable de son petit sac et vérifia qu'elle avait encore le numéro de Sloan. Hourra ! Elle l'avait gardé ! Elle tapa alors son texto qui aurait son petit effet :

« Derrière toi ! »

Et lui envoya.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: T'en as pas marre de tout ruiner ? (starring Sloan Bradbury™) Mer 24 Avr - 15:29

Chaque matin, même réjouissance : inventaire des créatures surnaturelles à Mystic Falls. Deux nouveaux vampires dont Sloan relisait le dossier s'étaient installées en ville. Ils consistaient à eux seuls du travail en plus. En voilà encore deux qu'il allait devoir surveiller de près quelques jours, si ce n'est plus. Il referma le deuxième dossier en soupirant de lassitude et le poussa un peu plus loin sur la table. Il ramena ensuite son café devant lui pour en siroter quelques gorgées. Pour un vieux vampire tel que lui, il était évident que la caféine n'avait pas grand effet mais il adorait ça. C'était une de ses habitudes du matin. À 8h30 précise, il allait toujours à la même petite enseigne de Mystic Falls pour siroter son café tout en feuilletant ses données, et à 9h30, il faisait sa petite patrouille matinale. Dès qu'il s'était installé en ville, il avait instauré ce petit rituel qu'il suivait à la lettre tous les jours. La seule chose qui changeait, c'était ses costumes. Différent chaque fois. Il rencontrait ici tous les matins la même jeune femme qui, désormais, ne prenait même plus la peine de lui demander ce qu'il commandait et allait imméditatement préparer sa boisson en le voyant. C'était un quotidien qui plaisait bien à Sloan. Réglé comme il fallait.

Il repoussa de nouveau sa tasse de café et sortit son agenda pour une dernière vérification : Angela Milakova devait déjà être en train d'enregistrer ses bagages pour son départ à Manhattan. Il ne put s'empêcher d'avoir un léger sourire soulagé en relisant l'information. Cette fille lui avait donné du sacré fil à retordre. Ne serait-ce que pour le meurtre qu'elle avait commis en public, faisant une scène suffisament importante pour s'attirer un maximum de regard, puis laissant délibérément le corps de sa victime à la vue de tous. Le problème que l'on rencontre quand on cherche à dissimuler l'existence des êtres surnaturels, c'est quand certains d'entre eux se donnent pour mission de faire de leur vie un spectacle sanglant adressé à un public qui se veut le plus large possible. Angela avait mis les compétences de Sloan à rude épreuve, il avait dû courir à droite à gauche pour se débarasser du corps proprement, nettoyer le carnage, retrouver toutes les personnes présentes pour leur en effacer le souvenir, retrouver l'entourage complet de la victime pour les contraindre d'en oublier l'existence et s'assurer de la destruction de tous les objets la concernant... Un travail de longue haleine, en somme. A cause d'une seule femme. Il n'avait jamais réellement réussi à cerner Angela, elle ne semblait pas avoir de personnalité propre étant donné qu'elle en changeait tout le temps. L'imprévisibilité de cette fille était plutôt effrayante mais heureusement, elle sortait de son domaine d'influence en quittant la ville. À Manhattan, quelqu'un d'autres s'occuperait d'elle et Sloan souhaitait intérieurement à son collègue bien du courage. En refermant son agenda, il sentit une présence importune dans son dos. Il regarda la vitre en face de lui pour voir le reflet de la personne qui osait l'épier de la sorte et son cœur aurait certainement raté un battement s'il avait été humain, car la personne en question n'était autre que ...Angela.

Il était bien heureux à ce moment précis que son air déstabilisé ne pouvait être vu de personne. Il entendit son portable vibrer rageusement sur la table, le bruit lui faisant l'effet d'un seau d'eau sur la tête. Il se recomposa aussitôt un visage un peu plus neutre, les sourcils légèrement froncés toutefois. Il était clairement agacé de s'être laissé prendre au dépourvu. Sans même se donner la peine de lire le message qu'il venait de recevoir, il s'adressa à la jolie femme dans son dos d'une voix calme :

-Angela ? Tu es supposée être dans un vol pour Manhattan.

Il tourna alors la tête pour lui adresser un regard réprobatteur par-dessus son épaule et se tourna à nouveau, reportant son attention sur sa tasse. La présence de la jeune femme le perturbait. Elle était tout ce qu'il craignait au plus haut point : elle était impulsive, imprévisible, et agissait contre toute logique, suivant ses propres envies. Des envies qu'il ne comprenait pas, des envies qu'il n'anticipait pas. Elle n'était même pas censée être là. Pourquoi ne faisait-elle jamais ce qu'on attendait d'elle ? Les femmes n'étaient pas comme ça, elles avaient un minimum de principes, elles s'imposaient des règles... leurs émotions-même avaient une certaine logique que l'on pouvait comprendre si l'on s'en donnait la peine. Le problème avec Angela, c'est qu'elle semblait maitriser les siennes et s'en inventaient de nouvelles. Parce qu'elle était comme ça. Mais il ne devait pas laisser de place à l'incertitude ou au désarroi, il devait faire face comme n'importe quel autre obstacle, même si celui-ci était de taille. Il n'aimait pas vraiment être confronté à elle, bien qu'elle était certainement une charmante compagnie. C'est juste que Sloan ne pouvait s'empêcher d'être légèrement tendu en sa présence. Il ne supportait pas laisser les choses échapper à son contrôle. Et pour quelqu'un affichant constamment un tel flegme, c'était le comble !

-Que me vaut l'honneur ? demanda t-il en terminant son café, ne laissant rien paraître.

Il décida enfin de lire son message dont le destinataire se trouvait justement derrière lui : "Derrière toi!". Il leva les yeux au ciel. Pour une surprise, ça ...!
Revenir en haut Aller en bas

T'en as pas marre de tout ruiner ? (starring Sloan Bradbury™)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Au pays des ordures, les fumiers sont rois
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» Le plus féroce de tout les chiens... Mouk!
» La Chasse, tout un art ... [ Braise ]
» Amis, envers et contre tout [ PV ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-